Les Débuts d'un Grand Auteur 

Par Stéphane Théri

"Pour écrire, il faut aimer,

et pour aimer il faut comprendre."

                       

                                       John Fante

Préambule !
JOHN FANTE
gallery/john-fante-e1521457627836

JOHN

FANTE

La route de Los Angeles

John Fante, né le 8 avril 1909 à Denver et mort le 8 mai 1983 à Los Angeles, est un romancier, nouvelliste et scénariste américain. 

Son premier roman "Bandini", paraît en 1938. Largement autobiographique, le récit y suit les pérégrinations du jeune Arturo Bandini, fils d'immigrés italiens. En 1933, Fante se voit refusé son 1er roman "La route de Los Angeles" jugé trop cru et trop provoquant. Pièce majeure et pourtant partie intégrante de quatre oeuvres autobiogaphiques capitales avec Demande à la poussière (Ask the Dust,1939), et Rêves de Bunker Hill (Dreams from Bunker Hill, publié seulement en 1982), ce roman ne sera publié qu'en 1985, donc après sa mort.Ce roman ne sera publié qu'après sa mort, en 1985.

gallery/cinema-1294496_640

Fils d'immigrants italiens , John Fante naît au Colorado (États-Unis) en 1909, dans une famille

croyante et conservatrice. Son enfance de gamin des rues turbulent passera par une école de jésuite

où Fante découvrira le besoin de liberté, la sexualité et l'écriture.

 

Il commence à écrire très tôt et, si on en croit ses romans autobiographiques, se montre un enfant

particulièrement sensible, enflammé, charismatique et avide de la beauté du monde. À trois reprises

entre 1927 et 1931, ses tentatives de mener des études universitaires échouent au bout de quelques mois.

 

À 20 ans, il se rend à Los Angeles (en 1929) où il travaille notamment dans une conserverie de poisson (évoqué dans La Route de Los Angeles) et exerce de nombreux petits boulots pour survivre. Avide de littérature, le jeune homme se nourrit spirituellement avec Knut Hamsun, Dostoïevski, Nietzsche, Jack London et Sinclair Lewis, et fait ses premières gammes en écriture.

 

Ses premières nouvelles attireront l'attention du célèbre H. L. Mencken, rédacteur en chef de la prestigieuse revue littéraire The American Mercury, qui publiera à compter de 1932, la prose du jeune Fante (Il n'a que 23 ans quand sa première nouvelle est publiée ) 

gallery/AVT_John-Fante_5443

Dans le prochain Numéro : John Steinbeck

gallery/La-route-de-Los-Angeles

La route de Los Angeles

Un rêve brisé ou Arthuro Bandini, la colère à tous les étages !!!

C'est mon frère cadet qui m'a fait découvrir ce livre. Pour moi, c'est une base. Gamin, le cinéma américain m'a fait

bouffer du rêve américain. Fante et Arthuro me l'ont fait dégueuler puis analyser. Ce que j'adore dans ce livre,c'est la

violence naturelle d'Arthuro, cette verve, cette rébellion quasi permanente contre tout et contre tous. Cette colère,

Fante l'a gardé et porté en lui toute sa vie. Le quotidien n'est pas rose pour les immigrés et le rêve américain se perd

sur la route de Los Angeles, du noir, du noir et encore du noir, à la hauteur des rêves brisés. On peut aimer ou détester Fante mais ce livre ouvert, c'est la rencontre avec les racines de sa pensée, de son âme. Au commencement, il y avait une route, celle de Los Angeles; au commencement, il y avait des rêves. A l'arrivée, il y a comme une supercherie dévoilée, comme une aigreur qui se répand sur l'american way of life et la recherche du bonheur que bon nombre d'immigrés sont venus engager sans succès sur le sol américain. Pour comprendre Fante il faut lire ce livre !

On aime ou on déteste Fante presque immédiatement. Moi, j'ai dévoré ses oeuvres avec un immense plaisir et rencontré au fil des pages de chacune, des axes de réflexions sur mon propre parcours. Auteur oublié ou délaissé à cause de son style souvent qualifié de trop cru, de provoquant ou encore de vulgaire, il n'en reste pas moins, l'un des maitres de la littérature américaine à avoir mis en exergue la face trop souvent caché du rêve américain. Nombreux ont été et seront encore les immigrés de part le Monde à confronter, à la lecture d'un livre de Fante, la part de rêve vécue et perdue par leur arrivée sur une terre pleine de promesses mais aux recoins bourrés d'infortunes.

UN TALENT PRECOCE !

John fait son cinéma !

De 1950 à 1956, John Fante vit sous le règne de l'abondance, il travaille notamment pour la Fox et la MGM où il devient un scénariste important et reconnu avec les films My Man and I (1952), Full of Life  (1956), Un seul amour (Jeanna Eagels, 1957), Miracle à Cupertino (The Reluctant Saint) (1962), La Rue chaude (Walk on the Wild Side, 1962), Mes six amours et mon chien (My Six Loves, 1963) et le téléfilm Something for a Lonely Man (1968).

 

Il est nommé aux Writers Guild of America Award du meilleur scénario en 1957 pour Full of Life.

En l'honneur de l'écrivain, Torricella Peligna, la commune de naissance du père de John Fante, organise depuis 2006 un festival littéraire, Il Dio di mio padre. Le nom du festival est la traduction du titre d'une nouvelle de Fante : My father's god (1975).
Depuis 2008, le Festival récompense

la première œuvre d'un écrivain par le prix : 

Premio Letterario John Fante Opera Prima.

Wait Until Spring, Bandini (1938)

 

Publié en français sous le titre Bandini

 

The Road to Los Angeles (1985), achevé en 1936 

 

Publié en français sous le titre La Route de Los Angeles

 

Ask the Dust (1939) 

 

Publié en français sous le titre Demande à la poussière 

 

Dreams from Bunker Hill (1982) 

 

Publié en français sous le titre Rêves de Bunker Hill,

 

The Brotherhood of the Grape (1977) 

 

Publié en français sous le titre Les Compagnons de la grappe, 

 

My Dog Stupid (1986) 

 

Publié en français sous le titre Mon chien Stupide

 

Full of Life (1952) 

 

Publié en français sous le titre Pleins de vie

 

The Orgy (1986) ; 1933 Was a Bad Year (1985

 

Publié en français sous le titre L'Orgie, suivi de 1933 fut une mauvaise année,

 

RECUEILS DE NOUVELLES

 

Dago Red (1940)

Inclus dans le recueil Le Vin de la jeunesse

 

The Wine of Youth (1985) 

 

Publié en français sous le titre Le Vin de la jeunesse

The Big Hunger (2000) 

 

Publié en français sous le titre Grosse Faim

OEUVRE

gallery/My man and I