Marie-Pierre Colombel

Présidente et Administrateur Ad'Hoc 

Association Enfance & Partage

Notre engagement

 

Depuis plus de 40 ans, nous agissons pour que chaque enfant soit protégé par sa famille et par la société afin de préserver son devenir d’adulte. En 1989, la Convention Internationale des Droits de l’Enfant (CIDE) voit le jour. Elle regroupe un ensemble de principes et d’obligations reconnus de façon universelle. Elle affirme qu’une société ne peut pas envisager de vivre en paix et dans la justice, si les droits de l’enfant ne sont pas respectés. Cette convention constitue le cadre soutenant toutes nos actions.

 

Protéger et défendre les enfants victimes de toutes formes de violences, qu’elles soient physiques, psychologiques ou sexuelles… telle est notre mission.

De la prévention à la lutte

contre les violences faites aux enfants

Numéros Verts

Services gratuits

INTERVIEW

1/ Madame Colombel, j'ai rencontré votre association en 2003. Nous sommes en 2021, qu'est-ce qui a changé en ce qui concerne la violence faite aux enfants ? 

 

La loi du 7 mars 2007 réformant la protection de l'enfance introduit la notion d'« enfance en danger » et remplace les notions d'« enfants victimes de mauvais traitements » ou « d'enfants maltraités » par celles d' « enfants en danger ou en risque de l'être ». 

Le plan Interministériel de L Rossignol avec la loi du 16 mars 2016 dont la création d'un Conseil National de la Protection de l'Enfance dont fait partie Enfance & Partage, 

L'arrivée d'un Secrétaire d'Etat à la Protection de l'Enfance en janvier 2019 (uniquement les enfants placés), depuis juillet 2020 rebaptisé Secrétaire d'Etat de l'Enfance et des Familles (élargissement de son portefeuille)

Les 1000 jours (aide et soutien à la parentalité dont le président est Boris Cyrulnik)

 

2/ La France a-t-elle réussi à freiner ce fléau ?

 

La France s'intéresse de plus en plus et de mieux en mieux à améliorer la prévention et la prise en charge des violences faites aux enfants.

L'Etat ne pourra jamais "freiner" ce fléau. Ce sont les parents et les adultes qui sont responsables de leurs actes. 

L'Etat ne peut pas tout mais il est déjà intervenu à plusieurs reprises (voir paragraphe 1)

 

La mission de votre association vous semble être plus difficile ou plus aisée à poursuivre aujourd'hui et pourquoi ?

 

Notre mission n'est pas plus facile mais elle est mieux identifiée par l'Etat et les citoyens. Et surtout par les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux véhiculent énormément d'informations, même s'il faut être très prudent, mais cela permet une véritable visibilité des violences faites aux enfants, des dysfonctionnements des services sociaux et/ou des magistrats.

Il y a une concertation des associations avec la création d'un collectif et aussi une collaboration avec le 119.

 

3/ Qu'est-ce qui n'a pas changé, pas assez changé et qui doit impérativement changé pour que ce fléau soit réduit à son minimum ?

 

Les associations doivent être non seulement entendues ( ce qui est le cas aujourd'hui ) , concertées par les institutionnels ( ce qui est devenu bien plus courant également aujourd'hui (Enfance & Partage fait partie du Conseil National de la Protection de l'Enfance CNPE et du Groupement d'Intérêt Public de l'Enfance en Danger GIPED) mais les associations et les professionnels de la protection de l'enfance  doivent être plus écoutés à travers leurs expertises .

 

4/ Prévenir, Repérer, Écouter, Signaler, Agir, derrière ces 5 verbes forts se dessine un outil de sensibilisation aux questions de maltraitance à destination des professionnels de l'enfance (enseignants, gendarmes, assistantes maternelles, infirmières scolaires, éducateurs, étudiants en médecine, médecins..). Cet outil créé en 2015 à partir du guide « Agir contre la maltraitance» conçu par votre association est-il une réponse efficace et pourquoi ?

 

Cet outil support de sensibilisation aux questions de violence faite aux enfants a été créé en 2015 et élaboré à partir du guide "Agir contre la maltraitance » conçu par Enfance et Partage . Oui, c' est une réponse efficace pour les professionnels  . Car P.R.E.S.A identifie les différents types de violences faites aux enfants ainsi que les signaux d'alerte, il informe sur les circuits administratifs et judiciaires, les outils d'intervention et de signalement ou d'information préoccupante.

 

5/ Qu'est-ce que Monsieur ou Madame tout le Monde doit savoir et savoir-faire pour lutter contre ce fléau ?

 

Lors de la journée de la C. I .D.E le 20 novembre 2020 , nous avons rendu publique une étude à l'occasion de cette Journée Internationale des Droits de l'Enfant qui a lieu chaque année le  20 novembre. Cette publication a permis à notre association de mener une campagne de sensibilisation sur ces questions auprès d'un échantillon de 1000 français . Cette étude a mis en lumière qu'à leurs yeux  , la violence envers les enfants était leur première cause d'indignation . Mais 62 % d'entre eux ne savent pas quel numéro contacter pour signaler un cas de violence sur un enfant et seuls 16% d'entre eux connaissent le 119.

 

Donc il est évident que si on est témoin d'une situation de violence faite à un enfant , même en cas de doute il faut alerter les services compétents comme le 119 ( 7/7 jrs) , ou le 17 ou nous du lundi au vendredi de 10h à 18H sur notre Numéro vert Stop Maltraitance au 0800 05 12 34 . Pour lutter contre ce fléau , il faut sensibiliser les gens le plus largement possible aux numéros d'urgence .

 

6/ Pouvez-vous, svp, nous lister les différents types de maltraitance et les signaux d'alerte connexes à chaque type ?

 

Violences physiques, psychologiques et sexuelles.

Les signaux d'alerte peuvent -être les troubles du comportements : boulimie / anorexie / scarification / tentative de suicide / mimétisme des actes sexuels / agressivité / repli sur soi / eczema etc....

 

7/ Que faut-il faire lorsque l'on se retrouve confronté à une affaire de maltraitance ?

 

Il faut alerter même en cas de doute car la vie d'un enfant peut être sauvée.

Il faut donc appeler le 119 et / ou le 17

 

8/ «allo Parents Bébé», qu'est-ce que c'est ?

 

A une époque où aucune plate-forme d'écoute ou d'échange n'existait pour répondre au désarroi des parents, confrontés à leur nouveau statut, Enfance et Partage a créé Allo Parents Bébé, le premier numéro vert national, anonyme et gratuit, d'aide et de soutien à la parentalité. 0800 00 34 56 . Ce service a pour mission d'écouter, de soutenir et d'orienter les parents qui s'interrogent, dès la grossesse et jusqu'aux trois ans de l'enfant : l'aide à la relation parent-bébé.

Les missions d'Allo Parents Bébé sont :   L'écoute : avec empathie, pour permettre aux personnes qui appellent d'exprimer leurs difficultés avec leur enfant, sans jugement ni « conseil ». Le soutien : pour amener les personnes à trouver les meilleures réponses à leurs difficultés et l'orientation : vers les structures adaptées (maternités, PMI, associations...) et les professionnels de santé et de la petite enfance. Allo Parents Bébé est un service complémentaire du réseau existant d'accompagnement à la périnatalité.

 

9/ «Stop conflit» , c'est quoi et ce service s'adresse à qui ?

 

Parallèlement aux situations de violence faite aux enfants. Enfance et Partage est de plus en plus sollicitée sur son numéro vert, sur une nouvelle problématique : l'enfant, pris au cœur du conflit parental.

Depuis quelques années, notre association se voit interpellée par des parents ou grands- parents qui sont désemparés face au conflit né de la séparation du couple.

Nous avons donc décidé de  publier un guide pratique pour une coparentalité réussie : Couple séparé, parents associés.

C'est un outil pour  aider les parents à connaître leurs responsabilités respectives pour poursuivre leur mission parentale ensemble malgré la séparation.

Il repose sur trois grands axes:

 

1.           Juridique (conséquence de la séparation sur l'autorité parentale).

2.           Psychologique (vécu de la séparation et besoin de l'enfant).

3.           Pratique autour de la construction d'une coparentalité

 

Notre numéro vert 0800 05 12 34 répond également aux parents qui ont besoin de conseils et de soutien lors d'une séparation. 

« Stop conflit » au 0800 05 12 34  est ouvert du lundi au vendredi de 10h à 18h. (appel gratuit et anonyme).

 

10/ Enfants, Parents, d'après-vous, où commence la résilience ?

 

Le terme de résilience dans ce cas de figure , désigne l'aptitude que peuvent avoir des parents ou des enfants à survivre à des événements particulièrement douloureux. Mais cela est plus qu'une simple capacité de résistance, c'est une dynamique qui leur permet de réagir positivement, de construire une existence relativement satisfaisante ET de se reconstruire petit à petit  . Comme le dit Boris Cyrulnik, la résilience est caractéristique d'une « personnalité blessée mais résistante, souffrante mais heureuse d'espérer quand même » . La résilience peut commencer à partir du moment où le processus de reconstruction se met en marche  . La résilience est une finalité .

 

11/ Quel est, selon vous, l'outil le plus indispensable au frein de ce fléau ? Que nécessite sa mise en place, en termes de moyens, de pédagogie ?

 

Il s'agit de la Prévention.

Enfance & Partage intervient dans les établissement scolaires avec des outils adaptés à chaque tranche d'âge de la maternelle au lycée

EP sensibilise aussi les enfants à leurs droits avec un jeu interactif nommé EN ROUTE VERS MES DROITS. Il s'adresse aux CM1 / CM2.

Et enfin PRESA présenté dans le paragraphe 4

 

12/ Qu'est-ce qui n'est pas fait par les pouvoirs publics, «Monsieur et Madame tout le monde» et qui pourrait faciliter le travail de lutte contre la maltraitance ?

 

Les pouvoirs publics se sont saisis de ce fléau, le secrétaire d'Etat chargé de l'Enfance et des Familles, Monsieur Adrien Taquet, a présenté un plan de mobilisation contre les violences faites aux enfants (2020-2022). A travers 22 mesures, ce plan vise à permettre la libération de la parole, à porter davantage attention aux victimes de violences mais aussi à mieux prendre en charge les auteurs de violences ou ceux qui pourraient le devenir.

Quant à « Monsieur et Madame tout le monde » , ils doivent alerter même en cas de doute lorsqu'ils ont connaissance d'un fait de violence sur un enfant .

Encore et toujours le 119

Stop Maltraitance 

0 800 05 1234

 

Stop Conflit 

0 800 05 1234

 

Allo Parents Bébé

0 800 00 3456

L’enfance est belle mais fragile…. Protégeons-la.